Nancy-Azelot

Les missions se poursuivent à un rythme d'enfer, mais le matériel ne suit pas. Malgré les efforts des mécaniciens, le Groupe doit ralentir ses opérations, n'ayant plus qu'un ou deux appareils en état de vol.

  La situation s'aggrave le 14 février avec la casse du P38 42-13080 qui, victime d'une défaillance, se posera sur le ventre. Le bon vieux '080' à cassé au retour d'un vol d'entraînement. C'est cet appareil qui est représenté sur bon nombre de photographies réalisées par le journaliste John Philips lors du reportage qu'il avait réalisé sur Antoine de Saint-Exupéry, notamment celle faussement intitulée 'Le dernier vol de St-Exupéry'.

Mais cette journée du 14 février restera marquée par la disparition en mision du Capitaine SCHAUFELBERGER, dont l'appareil, le P-38 42-68273, touché par la DCA s'écrase près du village de Bettendorf, non loin d'Altkirch.

En mars 1945, le potentiel avion se résume en un seul appareil disponible, le 233. Il assure sans faiblir ses trois missions quotidiennes. Mais déjà, suite à la déroute des troupes allemandes, les Armées Alliées franchissent le Rhin. Afin de poursuivre cette  poussée, le Groupe doit se rapprocher du front : le 6 avril, le GR 1/33 décolle pour Colmar.